Aller au contenu
LCT - La Communauté Toulonnaise
  • S’inscrire


  • Ecoutez CToulon Radio

Noter ce sujet

Messages recommandés

Affaire Benalla: Macron évite le crash dans les sondages

Par Challenges.fr le 28.07.2018 à 11h05

 

Emmanuel Macron remonte légèrement dans l'opinion en dépit de l'affaire Benalla, qui a peu affecté les personnes sans préférence partisane, montre la dernière édition du baromètre Harris Interactive.

Au total, 42% des personnes interrogées font confiance au chef de l'Etat, un score en hausse de deux points de pourcentage par rapport au mois dernier. Le Premier ministre Edouard Philippe bénéficie exactement de la même progression, à 42%.

C'est auprès des personnes n'exprimant aucune préférence partisane particulière que le président de la République progresse, de cinq points de pourcentage. "S'il s'agit d'une actualité phagocytant les autres sujets, (l'affaire Benalla) n'a pas pour autant été marquante pour tous les Français", juge Jean-Daniel Lévy, directeur du département Politique & Opinion de l'institut Harris Interactive.

Cette vague de baromètre a été réalisée non pas au moment du cœur de la polémique mais après que la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale a commencé ses travaux et, surtout, après l'intervention d'Emmanuel Macron devant les députés LREM à la maison de l'Amérique Latine et son bref échange avec des journalistes présents lors de son déplacement dans les Hautes-Pyrénées le lendemain, souligne Jean-Daniel Lévy.

 

pHOTO PHILIPPE WOJAZER

MACRON.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


La liste La République en marche arrive en tête des intentions de vote aux prochaines élections européennes, en hausse de quatre points, devant le Rassemblement national en légère hausse, selon un sondage Elabe pour BFMTVpublié mercredi. A quatre mois du scrutin et après deux mois de mouvement des "gilets jaunes", la liste LREM alliée au MoDem est créditée de 23,5% (+4 points) et devance désormais le FN (20,5%, +0,5)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article est un peu long à lire mais c'est une très fine analyse de la situation ! Merci M. Martin

Grand désordre national: Macron sait exactement ce qu’il fait

La "chienlit" n'a pas que des inconvénients

par

François Martin

 - 16 février 2019

Email

 image.png.304f696bc2f88f3cac0cd55aa11f6e86.png

 

La « chienlit » n’a pas que des inconvénients. Contrairement à ce que croient ceux qui imaginent Emmanuel Macron en mauvaise posture, la grande pagaille nationale profite au président. Le désir d’ordre illimité de la bourgeoisie peut lui permettre de tourner la situation à son avantage.

Et maintenant, on va où ? C’est le titre d’un film de Nadine Labaki qui raconte l’histoire d’un petit village libanais où deux communautés (celle des chrétiens et celle des musulmans) s’affrontent, puis se déchirent, alors qu’ils sont condamnés à vivre ensemble. Cette histoire pourrait s’appliquer, mutatis mutandis, au conflit qui monte en France entre les classes populaires provinciales, représentées par les gilets jaunes, et les classes bourgeoises citadines, représentées aujourd’hui par le pouvoir macronien. Ce conflit, beaucoup l’ont dit, a débuté à la fin des Trente Glorieuses, il y a près de quarante ans. Tous les pouvoirs successifs, loin de résorber cette fracture sociale, l’ont utilisée, chacun avec ses arguments et son style propre, pour ghettoïser les classes populaires et accroître ainsi leur emprise sur les classes bourgeoises.

La « fracture sociale », l’instrument des présidents

D’abord Giscard, qui a utilisé le mythe des « deux français sur trois », comme le rappelle Christophe Guilluy, pour donner l’impression d’une fausse unité nationale, prétendument d’accord pour une « société libérale avancée ». Puis Mitterrand qui, pour marginaliser le Parti communiste et ses électeurs (puis envoyer ceux-ci vers le Front national), a fort opportunément remplacé l’ancien prolétariat ouvrier par un prolétariat supplétif ethnique (« Touche pas à mon pote ») et qui a donc, par ce fait, ouvert grand la porte au problème de semi-séparatisme actuel de nos banlieues. Si elle a « plombé » la société française pour cent ans, cette opération de haute volée a eu le mérite, outre le fait de mettre de son côté toute l’intelligentsia bien-pensante, de justifier, derrière le principe du « ni-ni », la complaisance des patrons et des riches et, derrière une neutralité de façade, de mettre en œuvre une vraie politique libérale (malgré la retraite à soixante ans, qui a compensé cette politique, mais ne l’a pas infirmée) où les classes populaires étaient oubliées. Jacques Chirac, celui d’entre tous qui avait le plus la « fibre populaire », les a trahies tout autant, puisqu’après avoir fait campagne, à la suite des travaux de Todd, contre la « fracture sociale », il n’a rien fait pour la réduire, et a fait la même politique que son prédécesseur. Le vibrionnant Sarkozy n’a pas plus arrangé les choses, ni le « capitaine de pédalo » socialiste qui l’a suivi.

L’affaire, et le ressentiment qui va avec, remontent donc à fort loin. Ces présidents successifs avaient, pour autant, eu l’intelligence de ne pas « réveiller le lion qui dort », laissant les classes populaires se marginaliser lentement, et entrer peu à peu dans leurs guerres personnelles pour leurs fins de mois, la précarité économique (et aussi sociétale, comme le rappelle Michel Pinton fort justement), le ressentiment et l’abstention. Pour ce faire, une méthode très simple et constamment utilisée, le « réductio ad hitlerum ». Le but ? Disqualifier la représentativité naturelle du Front national ou d’autres partis de droite auprès de ces classes populaires, mais aussi terroriser les classes moyennes bourgeoises, dont l’appétence pour l’ordre et la détestation profonde des classes populaires sont immenses.

La grande peur des petits-bourgeois

Jamais n’a été plus vraie la phrase attribuée à Colbert et qu’on ne devrait jamais oublier : « Il existe une catégorie de population qui n’a qu’une envie, c’est de devenir riche, et une crainte, celle de devenir [ou redevenir] pauvre ». Et Colbert, qui avait tout compris, ajoutait, semble-t-il : « Ce sont ceux-là qu’il faut taxer », signifiant par cela que cette catégorie sociale était, de par sa nature même, tétanisée par cette double peur, celle de ne pas être riche et celle d’être pauvre, et qu’on pouvait donc lui « mettre la pression », politique ou fiscale, avec moins de risque d’une déstabilisation sociale que les autres, que ce soit par la haute bourgeoisie (qui pouvait, par l’intrigue, salir l’image du pouvoir, ou même fomenter des révolutions de palais) ou par la classe populaire (qui pouvait, à l’occasion de jacqueries, sortir brutalement de son lit). Un discours lénifiant par ci, une mention aux « heures les plus sombres de notre histoire » par-là, une belle politique libérale par-dessus, pour complaire aux « gagnants de la mondialisation », et le tour était joué. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, en attendant le Déluge, peut-être, mais pour l’un de leurs successeurs.

Par rapport à ce schéma, qui sous-tend toute la politique française depuis la mort de Pompidou, Emmanuel Macron n’est pas innovant. Il a notamment obtenu sa victoire au deuxième tour de la présidentielle par ses visites à Oradour-sur-Glane (le 28 avril 2017), puis au Mémorial de la Shoah (le 30 avril 2017), laissant entendre ainsi que le nazisme ne passerait pas. On se demande bien ce que le nazisme a à voir là-dedans, mais pourquoi ne pas utiliser ce qui marche si bien depuis si longtemps ? Dès que l’on met en scène, un tant soit peu, un risque social ou civil, la capacité de terreur des classes bourgeoises est sans limite.

Le bourgeois fait le roi

La réaction a été spectaculaire : Christophe Guilluy rappelle, dans No Society, que Macron a fait « carton plein » dans le 16ème arrondissement de Paris et à Versailles, là où, pourtant, la bourgeoisie conservatrice, pilote de « La Manif pour Tous », était aux antipodes de ses promesses progressistes. De même, en descendant les Champs-Elysées en command-car le jour de son élection, puis en visitant les soldats français au Mali (le 19 mai 2017), il leur a rappelé opportunément qu’il était le gardien de l’ordre (la valeur à laquelle ils sont le plus attachés). Le risque d’aventurisme politique d’une cohabitation, en cas de désaveu (ou de volonté de rééquilibrage) aux législatives, a fait le reste, et Macron a ainsi pu construire sa majorité parlementaire.

Ces épisodes montrent que le président a parfaitement en tête la cartographie sociale française, et les leviers pour la faire fonctionner. Comment, d’ailleurs, en serait-il autrement ? Tous ses prédécesseurs ont fait de même, et avec le même succès. Chaque dirigeant français sait que c’est la bourgeoisie moyenne qui est la « bascule » qui lui permet de gagner, et qu’une bonne injonction de pompier pyromane sera la meilleure arme, le moment venu, car susceptible de la resserrer autour de lui comme des poussins sous les ailes de leur mère.

Un président sait qu’il ne devrait pas dire ça

Mais là où Macron innove, c’est par son traitement de la crise des gilets jaunes. D’abord, c’est vrai, il a oublié Colbert, et s’est mis à embêter et taxer les classes populaires, au lieu des bourgeoisies moyennes. Il a ainsi « réveillé le lion qui dort ». C’était une erreur. Son côté technocrate, sans doute, a pris le dessus. Et puis, il n’a pas voulu trahir trop vite les électeurs à qui il devait sa victoire. Mais maintenant que la « fracture sociale » est visible aux yeux de tous, il est avéré qu’il continue à appuyer dessus, autant qu’il le peut, en utilisant les mêmes vieilles recettes. Ses phrases (« Les foules haineuses ») ou celles de son gouvernement (la « colère sourde et froide »), la politique de répression policière et pénale systématique, la loi anti-casseurs, le « Grand débat » (pour prendre les classes populaires à revers), ont un premier but : celui de pourrir le mouvement. Mais ils en ont un autre, tout aussi clair : terroriser les bourgeoisies moyennes.

Ainsi, Macron fait plus qu’utiliser ponctuellement la fracture sociale, il la met en scène. Pour l’instant, cela ne marche pas encore parfaitement, mais Macron poursuit sa stratégie, toujours la même, avec beaucoup de constance. Il n’avait ni la capacité personnelle ni l’appétence pour « renverser la table » et le paysage politique, comme Mitterrand l’avait fait en son temps mais tout en faisant semblant de pacifier, il doit donc continuer à souffler en réalité sur les braises. C’est sa seule chance de s’en sortir.

Pour cette raison, je ne crois pas que Macron soit vraiment « maladroit » (comme le pense Guillaume Bigot), ni qu’il soit « KO debout » (comme le laisse croire une récente une de Valeurs actuelles). Rien ne serait plus faux que de penser que le président ne sait plus ce qu’il fait. Au contraire, sa ligne est extrêmement claire. Lorsqu’on a réussi à atteindre la présidence de la République, on est capable d’analyses froides, et on maîtrise parfaitement le choix de ses mots. Maladresse ou naïveté, non, vraiment, ça ne colle pas. Fourberie et manipulation non plus, et là, c’est autre chose… Mais maintenant, avec ça, on va où ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • À lire aussi...

    • Par MarcoX
      C'est la rentrée des classes pour nos hommes et nos femmes politique, une rentrée très difficile pour Macron vu toutes les affaires d'avant vacances, une perte de popularité et surtout un énervement du peuple et surtout des retraités...Mélenchon est déjà sur les dents...les autres suivent...




    • Par aaxoo
      Un an de présidence Macron
      La progression du PIB s'est établie à 2% en 2017, au plus haut depuis six ans. Cette véritable embellie économique a profité à Emmanuel Macron pour sa première année à l'Élysée. 
      © Fournis par La Tribune
      Les clignotants sont au vert pour Emmanuel Macron. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2% sur l'ensemble de l'année 2017. C'est la croissance la plus rapide depuis 2011, quand le PIB de l'économie tricolore avait atteint 2,1%. 2017 met fin à plusieurs années de « croissance molle ». L'ancien ministre de l'Économie bénéficie d'une conjoncture très favorable pour sa première année au pouvoir mais le repli de l'activité au premier trimestre 2018 (0,3% contre 0,7% au dernier trimestre 2017) illustre quelques signes de fébrilité.
       
      Un environnement international porteur
      Les bonnes performances économiques de la France en 2017 s'expliquent d'abord par une conjoncture mondiale favorable, selon les économistes interrogés.
      « Comme les autres pays de la zone euro, la France a bénéficié d'un environnement international porteur, avec une forte reprise de l'activité mondiale », résume Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l'Insee.
      Chez Natixis, l'économiste Véronique Janod souligne également la « bonne dynamique du commerce mondial et des conditions de financement toujours favorables pour les entreprises en raison de la politique monétaire accommodante de la BCE ».
      Ce dynamisme a été particulièrement marqué par l'investissement des entreprises et celui des ménages. La formation brute de capitale fixe (FBCF) des sociétés a accéléré nettement, passant à 3,7% en 2017 contre 2,7% en 2016, tandis que les ménages ont investi dans le logement neuf.
      Le commerce extérieur, traditionnel point noir de l'économie française, a moins pesé sur la croissance en 2017 qu'en 2016 (- 0,3 point après - 0,8 point). « Les exportations ont bénéficié entre autres du retour des touristes étrangers en France, après deux années 2015 et 2016 marquées par les attentats », ajoute Julien Pouget.
      L'emploi a également connu une belle embellie. Au total, les créations nettes ont atteint 268.000 emplois tandis que l'emploi intérimaire a battu des records, avec une hausse de 169.000 sur un an.
    • Par MarcoX
      Voici le Topic unique des infos du Préfet du Var (Préfecture du Var) diffusées sur leur compte Twitter.
      Tweets by Prefet83
    • Par MarcoX
      Hubert Falco nommé conseiller politique de Laurent Wauquiez

      Hubert Falco Photo P. Bl.
      Le maire de Toulon et président Les Républicains du Var a rejoint la "garde rapprochée" du président LR.
      Suite au conseil national des Républicains ce samedi, Hubert Falco va être nommé conseiller politique du président et membre de droit du bureau politique.
      La députée de la première circonscription du Var Geneviève Levy intégrera également le bureau politique, dans le collège des parlementaires.
      Source (c) Var Matin : http://www.varmatin.com/politique/hubert-falco-nomme-conseiller-politique-de-laurent-wauquiez-203341
       
  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 1 invité (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne


×
×
  • Créer...

Information importante

Merci de lire nos Conditions d’utilisation, notre Règles et nos Politique de confidentialité avant de vous connecter à notre site web.