Garrigue

Citoyens +
  • Compteur de contenus

    3 240
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    61

Garrigue a gagné pour la dernière fois le 13 novembre 2016

Garrigue a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

177 Excellent

4 abonnés

À propos de Garrigue

  • Rang
    Membre Actif
  • Date de naissance 02/09/1963

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Le Revest
  1. film français............................comédie
  2. Réaction du sénateur maire de Toulon, Hubert Falco : il votera Emmanuel Macron
  3. escroquerie..............................vol (argent public )
  4. Mme Marine LE PENFRONT NATIONAL 27,30 % M. François FILLONLES RÉPUBLICAINS 23,60 % M. Emmanuel MACRONEN MARCHE ! 19,08 % M. Jean-Luc MELENCHONLA FRANCE INSOUMISE 17,84 % M. Nicolas DUPONT-AIGNANDEBOUT LA FRANCE 4,39 % M. Benoît HAMONPARTI SOCIALISTE 4,27 % M. Jean LASSALLERÉSISTONS ! 1,14 % M. François ASSELINEAUUNION POPULAIRE RÉPUBLICAINE 1,01 % M. Jacques CHEMINADESOLIDARITÉ ET PROGRÈS 0,17 % Mme Nathalie ARTHAUDLUTTE OUVRIÈRE 0,42 % M. Philippe POUTOUNOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE 0,79 %
  5. les liens na marche pas chez moi mais bon facile a comprendre je suis fumeur je te souhaites un bon rétablissement
  6. En meeting à Strasbourg, François Fillon se dit la cible « d’un acharnement impitoyable » après avoir été aspergé de farine par un jeune homme immédiatement maîtrisé. Emmanuel Macron, contrairement à François Hollande, ne veut pas être un « Président normal » et accuse certains de ses adversaires de « complaisance » avec la Russie sur la situation en Syrie. « Mes amis, ce qui ne tue pas rend plus fort » : lors de son meeting à Strasbourg (Alsace), François Fillon tente d’utiliser à son profit ce qui s’est passé quelques minutes plus tôt. Alors qu’il se dirigeait vers la tribune, le candidat de la droite était aspergé de farine par un jeune homme immédiatement plaqué au sol par les services de sécurité. Jusque-là plutôt habitué aux concerts de casseroles, l’ancien Premier ministre mis en examen dans l’affaire concernant l’emploi de son épouse estime être « la cible d’un acharnement impitoyable », dénonçant ceux qui « essaient tout » pour le « décourager ». Et François Fillon d’ironiser : « J’espère au moins que la farine était française. » Idéologie du « bougisme » Une fois le discours commencé, le candidat Les Républicains ne tarde pas à attaquer ses adversaires. « Chez Hamon, Mélenchon, Le Pen, la nation est une réalité hors sol. Chez Emmanuel Macron, le concept national est démodé. C’est l’idéologie du bougisme, qui se déclare ennemi de toute forme de permanence. » Mais dans l’éventualité où leur champion ne serait pas au second tour, qui pourrait opposer le candidat d’En Marche ! à Marine Le Pen, que feraient les militants fillonistes ? « Macron, c’est le clone de Hollande, il n’en est pas question. Les extrêmes, je n’aime pas non plus, alors, je ne sais pas », explique Monique, rencontrée dans la salle strasbourgeoise. « Un président ne peut pas être normal » Emmanuel Macron, clone de François Hollande ? La comparaison ne plait pas forcément au favori des sondages. « Un président de la République, ce n’est pas quelqu’un qui est normal. Le président, il préside, il ne gouverne pas », a-t-il dit lors de l’Emission Politique sur France 2. Le candidat d’En Marche ! commente aussi les ralliements dont bénéficie son mouvement. « Y’en a beaucoup qui viennent dire alors qu’on ne leur a rien demandé : "moi j’en suis". Les mêmes qui il y a deux mois vous disaient "ce truc-là, c’est une facétie, c’est une aventure ridicule, le clivage droite-gauche est indépassable". » Emmanuel Macron lance d’ailleurs un avertissement à ses nouveaux soutiens : « Je ne gouvernerai pas avec ceux qui ont gouverné. » L’actuel ministre socialiste de l’Economie, Michel Sapin, rappelle à ce propos que le candidat de son parti est Benoît Hamon, et qu’il votera donc pour lui au premier tour. Mais il ajoute, sans détour : « vous dire que je suis satisfait de sa campagne, que je suis satisfait de ses propositions, ce serait vous mentir… ». « Obligés de Poutine » Le candidat PS, en difficulté dans les sondages, réagit de son côté sur les derniers événements en Syrie, et met en cause ceux qui considèrent que Bachar el-Assad fait partie de la solution politique, les qualifiant « d’inféodés, d’obligés » de Vladimir Poutine. Benoît Hamon cite Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon qui ont « choisi un camp ».
  7. Emmanuel Macron propose de restaurer le service militaire À l'occasion de son discours sur la politique de Défense de la France, Emmanuel Macron a annoncé samedi à Paris le retour du service militaire obligatoire. D'une durée courte, un mois, ce service "universel" s'adresserait aux jeunes hommes et femmes qui seraient tenus de l'effectuer dans les trois ans suivants leur 18e anniversaire. Le projet de loi instaurant ce service militaire obligatoire serait voté avant le fin de l'année si Emmanuel Macron est élu en mai. Il concernerait 600.000 jeunes par an.
  8. Très discrète dans la sphère médiatique, Linda Boudjellal joue un rôle important au sein du club de Toulon, présidé par son mari. En charge du marketing et actionnaire du RCT, elle pèse aussi dans les décisions prises par Mourad. Morceaux choisis de son entretien publié dans le dernier Midi Olympique Magazine. "Je ne suis pas la Pénélope du rugby !" Le moins que l’on puisse dire, c’est que Linda Boudjellal a le même sens de la formule que son mari, Mourad. A ses côtés depuis toujours, elle a naturellement fait partie de l’aventure des Editions "Soleil" et du RCT. Notre aventure s’est faite à deux. Toujours. Je ne suis ni l’assistante ni la collaboratrice de Mourad, je suis son épouse […] Je travaille au club, je suis administratrice de la SASP, donc investie dans le rugby mais cela reste quand même le monde de Mourad, précise-t-elle dans le dernier numéro de Midi Olympique Magazine. "11 ans plus tard, nous sommes toujours là..." Depuis 2006, les Boudjellal sont à la tête du RCT. Le palmarès construit durant onze ans parle de lui-même puisque les Varois ont remporté 3 Coupes d’Europe consécutives ainsi qu’un Bouclier de Brennus. Pourtant, l’histoire, elle, a failli être toute autre, comme elle le dévoile : "Je ne voulais pas y aller. Je l’ai même menacé de divorcer (rires). Mourad m’a alors "promis" qu’il ne viendrait dans le rugby que temporairement. Juste le temps de remettre le RCT sur les rails. Onze ans plus tard, nous sommes toujours là… http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/14/soupcons-d-emplois-fictifs-pret-non-declare-les-deux-mois-qui-ont-fragilise-la-candidature-fillon_5094452_5070021.html