• Ecoutez CToulon Radio

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Hier
  2. aaxoo

    Affaire Benalla

    L'article est un peu long à lire mais c'est une très fine analyse de la situation ! Merci M. Martin Grand désordre national: Macron sait exactement ce qu’il fait La "chienlit" n'a pas que des inconvénients par François Martin - 16 février 2019 Email La « chienlit » n’a pas que des inconvénients. Contrairement à ce que croient ceux qui imaginent Emmanuel Macron en mauvaise posture, la grande pagaille nationale profite au président. Le désir d’ordre illimité de la bourgeoisie peut lui permettre de tourner la situation à son avantage. Et maintenant, on va où ? C’est le titre d’un film de Nadine Labaki qui raconte l’histoire d’un petit village libanais où deux communautés (celle des chrétiens et celle des musulmans) s’affrontent, puis se déchirent, alors qu’ils sont condamnés à vivre ensemble. Cette histoire pourrait s’appliquer, mutatis mutandis, au conflit qui monte en France entre les classes populaires provinciales, représentées par les gilets jaunes, et les classes bourgeoises citadines, représentées aujourd’hui par le pouvoir macronien. Ce conflit, beaucoup l’ont dit, a débuté à la fin des Trente Glorieuses, il y a près de quarante ans. Tous les pouvoirs successifs, loin de résorber cette fracture sociale, l’ont utilisée, chacun avec ses arguments et son style propre, pour ghettoïser les classes populaires et accroître ainsi leur emprise sur les classes bourgeoises. La « fracture sociale », l’instrument des présidents D’abord Giscard, qui a utilisé le mythe des « deux français sur trois », comme le rappelle Christophe Guilluy, pour donner l’impression d’une fausse unité nationale, prétendument d’accord pour une « société libérale avancée ». Puis Mitterrand qui, pour marginaliser le Parti communiste et ses électeurs (puis envoyer ceux-ci vers le Front national), a fort opportunément remplacé l’ancien prolétariat ouvrier par un prolétariat supplétif ethnique (« Touche pas à mon pote ») et qui a donc, par ce fait, ouvert grand la porte au problème de semi-séparatisme actuel de nos banlieues. Si elle a « plombé » la société française pour cent ans, cette opération de haute volée a eu le mérite, outre le fait de mettre de son côté toute l’intelligentsia bien-pensante, de justifier, derrière le principe du « ni-ni », la complaisance des patrons et des riches et, derrière une neutralité de façade, de mettre en œuvre une vraie politique libérale (malgré la retraite à soixante ans, qui a compensé cette politique, mais ne l’a pas infirmée) où les classes populaires étaient oubliées. Jacques Chirac, celui d’entre tous qui avait le plus la « fibre populaire », les a trahies tout autant, puisqu’après avoir fait campagne, à la suite des travaux de Todd, contre la « fracture sociale », il n’a rien fait pour la réduire, et a fait la même politique que son prédécesseur. Le vibrionnant Sarkozy n’a pas plus arrangé les choses, ni le « capitaine de pédalo » socialiste qui l’a suivi. L’affaire, et le ressentiment qui va avec, remontent donc à fort loin. Ces présidents successifs avaient, pour autant, eu l’intelligence de ne pas « réveiller le lion qui dort », laissant les classes populaires se marginaliser lentement, et entrer peu à peu dans leurs guerres personnelles pour leurs fins de mois, la précarité économique (et aussi sociétale, comme le rappelle Michel Pinton fort justement), le ressentiment et l’abstention. Pour ce faire, une méthode très simple et constamment utilisée, le « réductio ad hitlerum ». Le but ? Disqualifier la représentativité naturelle du Front national ou d’autres partis de droite auprès de ces classes populaires, mais aussi terroriser les classes moyennes bourgeoises, dont l’appétence pour l’ordre et la détestation profonde des classes populaires sont immenses. La grande peur des petits-bourgeois Jamais n’a été plus vraie la phrase attribuée à Colbert et qu’on ne devrait jamais oublier : « Il existe une catégorie de population qui n’a qu’une envie, c’est de devenir riche, et une crainte, celle de devenir [ou redevenir] pauvre ». Et Colbert, qui avait tout compris, ajoutait, semble-t-il : « Ce sont ceux-là qu’il faut taxer », signifiant par cela que cette catégorie sociale était, de par sa nature même, tétanisée par cette double peur, celle de ne pas être riche et celle d’être pauvre, et qu’on pouvait donc lui « mettre la pression », politique ou fiscale, avec moins de risque d’une déstabilisation sociale que les autres, que ce soit par la haute bourgeoisie (qui pouvait, par l’intrigue, salir l’image du pouvoir, ou même fomenter des révolutions de palais) ou par la classe populaire (qui pouvait, à l’occasion de jacqueries, sortir brutalement de son lit). Un discours lénifiant par ci, une mention aux « heures les plus sombres de notre histoire » par-là, une belle politique libérale par-dessus, pour complaire aux « gagnants de la mondialisation », et le tour était joué. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, en attendant le Déluge, peut-être, mais pour l’un de leurs successeurs. Par rapport à ce schéma, qui sous-tend toute la politique française depuis la mort de Pompidou, Emmanuel Macron n’est pas innovant. Il a notamment obtenu sa victoire au deuxième tour de la présidentielle par ses visites à Oradour-sur-Glane (le 28 avril 2017), puis au Mémorial de la Shoah (le 30 avril 2017), laissant entendre ainsi que le nazisme ne passerait pas. On se demande bien ce que le nazisme a à voir là-dedans, mais pourquoi ne pas utiliser ce qui marche si bien depuis si longtemps ? Dès que l’on met en scène, un tant soit peu, un risque social ou civil, la capacité de terreur des classes bourgeoises est sans limite. Le bourgeois fait le roi La réaction a été spectaculaire : Christophe Guilluy rappelle, dans No Society, que Macron a fait « carton plein » dans le 16ème arrondissement de Paris et à Versailles, là où, pourtant, la bourgeoisie conservatrice, pilote de « La Manif pour Tous », était aux antipodes de ses promesses progressistes. De même, en descendant les Champs-Elysées en command-car le jour de son élection, puis en visitant les soldats français au Mali (le 19 mai 2017), il leur a rappelé opportunément qu’il était le gardien de l’ordre (la valeur à laquelle ils sont le plus attachés). Le risque d’aventurisme politique d’une cohabitation, en cas de désaveu (ou de volonté de rééquilibrage) aux législatives, a fait le reste, et Macron a ainsi pu construire sa majorité parlementaire. Ces épisodes montrent que le président a parfaitement en tête la cartographie sociale française, et les leviers pour la faire fonctionner. Comment, d’ailleurs, en serait-il autrement ? Tous ses prédécesseurs ont fait de même, et avec le même succès. Chaque dirigeant français sait que c’est la bourgeoisie moyenne qui est la « bascule » qui lui permet de gagner, et qu’une bonne injonction de pompier pyromane sera la meilleure arme, le moment venu, car susceptible de la resserrer autour de lui comme des poussins sous les ailes de leur mère. Un président sait qu’il ne devrait pas dire ça Mais là où Macron innove, c’est par son traitement de la crise des gilets jaunes. D’abord, c’est vrai, il a oublié Colbert, et s’est mis à embêter et taxer les classes populaires, au lieu des bourgeoisies moyennes. Il a ainsi « réveillé le lion qui dort ». C’était une erreur. Son côté technocrate, sans doute, a pris le dessus. Et puis, il n’a pas voulu trahir trop vite les électeurs à qui il devait sa victoire. Mais maintenant que la « fracture sociale » est visible aux yeux de tous, il est avéré qu’il continue à appuyer dessus, autant qu’il le peut, en utilisant les mêmes vieilles recettes. Ses phrases (« Les foules haineuses ») ou celles de son gouvernement (la « colère sourde et froide »), la politique de répression policière et pénale systématique, la loi anti-casseurs, le « Grand débat » (pour prendre les classes populaires à revers), ont un premier but : celui de pourrir le mouvement. Mais ils en ont un autre, tout aussi clair : terroriser les bourgeoisies moyennes. Ainsi, Macron fait plus qu’utiliser ponctuellement la fracture sociale, il la met en scène. Pour l’instant, cela ne marche pas encore parfaitement, mais Macron poursuit sa stratégie, toujours la même, avec beaucoup de constance. Il n’avait ni la capacité personnelle ni l’appétence pour « renverser la table » et le paysage politique, comme Mitterrand l’avait fait en son temps mais tout en faisant semblant de pacifier, il doit donc continuer à souffler en réalité sur les braises. C’est sa seule chance de s’en sortir. Pour cette raison, je ne crois pas que Macron soit vraiment « maladroit » (comme le pense Guillaume Bigot), ni qu’il soit « KO debout » (comme le laisse croire une récente une de Valeurs actuelles). Rien ne serait plus faux que de penser que le président ne sait plus ce qu’il fait. Au contraire, sa ligne est extrêmement claire. Lorsqu’on a réussi à atteindre la présidence de la République, on est capable d’analyses froides, et on maîtrise parfaitement le choix de ses mots. Maladresse ou naïveté, non, vraiment, ça ne colle pas. Fourberie et manipulation non plus, et là, c’est autre chose… Mais maintenant, avec ça, on va où ?
  3. La dernière semaine
  4. Kris

    Affaire Benalla

    Avec 23% d'intentions de vote, la liste du parti majoritaire enregistre une hausse de cinq points en un mois, selon un sondage Ifop.
  5. Les professionnels du transport routier, dont les camions sont bloqués dans les kilomètres de bouchons créés par les barrages filtrants, ont, eux, évalués à plus de 400 millions d'euros les pertes d'exploitation de leur secteur en un mois. Dans un communiqué publié lundi dernier, l'Association nationale des industries alimentaires a évoqué pour sa part "de lourdes pertes pour l'ensemble du secteur agroalimentaire qui pourraient s'élever à 13,5 milliards d'euros". L'effet Gilets jaunes touche également les restaurants, comme l'a expliqué le 2 décembre sur Franceinfo Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants hôtellerie-restauration : "Pour les restaurants, c'est une baisse tout à fait notable du chiffre d'affaires, ça représente entre 20 et 50% du chiffre d'affaires." Le tourisme est l'autre secteur frappé par la crise des Gilets jaunes. L'attractivité parisienne est en chute libre auprès des touristes, qui viennent habituellement en nombre pour les fêtes de fin d'année. Au 4 décembre dernier, 35.000 nuitées avaient déjà été annulées pour le mois décembre, selon les calculs du cabinet MKG, soit une chute des réservations de 30 à 35%. Depuis un mois, les Gilets jaunes bloquent d'ailleurs l'accès de grandes zones commerciales périurbaines. Selon la société d'études Quantaflow - qui analyse les flux de visiteurs sur des lieux donnés -, la fréquentation de centres commerciaux français a baissé de 16,8% samedi dernier. Sur les précédents samedis, cette même fréquentation avait baissé de 14% le samedi 1er décembre et de 15% le 24 novembre, le lendemain pourtant du "Black Friday".
  6. Tu veux le RIC pour demander quoi ? propose nous des idées
  7. rien d'augmenter juste 29.7 °/°
  8. gilet jaune

    A propos de la laïcité

    Quel rapport le Venezuela et la Laïcité (ou l'Islam) de ton sujet ? après je n'ai aucun commentaire, pour moi tous les extrémistes de tous les partis politiques ou de toutes religions sont dangereux pour notre démocratie (ou notre santé morale) et l’antisémite du moment n'est pas un monopole de l’extrême droite comme voudrait le faire croire les médias ou les politiques, mais viennent de tous les bords : les extrêmes politiques et religieux, des fans de Dieudonné, les fans d'hanouna, des antifas, des gens qui haïssent Israël, des jeunes de quartiers (c'est la plus grande montée et laquelle on ne veut surtout pas parler), etc...et en généralité tous ceux qui sont pour la Palestine (on peut soutenir les deux ou l'un ou l'autre sans avoir de haine envers l'autre) Dire qu’il y a des gamins biberonnés à la haine d’Israël en soutien à la Palestine ......ça fait mauvais genre !
  9. gilet jaune

    Le référendum d'Initiative Citoyenne R.I.C.

    quel rapport avec le R.I.C. messieurs ?
  10. gilet jaune

    Macron et c'est promesses, un mytho ?

    Il parait que rien n'a été augmenté et "en même temps" les promesses de Macron c'est de la poudre de perlimpinpin
  11. Voilà pourquoi les gilets jaunes le gêne !!! 🤮🤮🤮🤮
  12. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Les gilets jaunes sont une &quot;catastrophe&quot; pour le petit commerce, selon la CPME <a href="https://t.co/JfqCiOq7tO">https://t.co/JfqCiOq7tO</a> <a href="https://t.co/MlXXkttDtW">pic.twitter.com/MlXXkttDtW</a></p>&mdash; BFMTV (@BFMTV) <a href="https://twitter.com/BFMTV/status/1095284124796026881?ref_src=twsrc%5Etfw">12 février 2019</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> LOL....moi, je veux bien......mais les magasins vides, le reste de la semaine, c'est la faute de qui ?????? 😏 REFORMULATION : La stratégie du pourrissement de la crise des #Giletsjaunes par le gouvernement est une "catastrophe" pour le petit commerce, selon la CPME
  13. aaxoo

    A propos de la laïcité

    Une fois de plus, ne me traitez pas de raciste car je ne critique pas du tout les arabes, je m'en prends aux religions.....toutes Si vous avez encore des doutes, voici quelques extraits édifiants dont on parle que très rarement et pour cause...... CORAN Non seulement Allah te permet de tuer un non-croyant, mais il te commande de le faire. Coran 9.29 – Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier. Coran 48.16 – Nous (Allah) vous appellerons à marcher contre les nations et vous les combattrez jusqu’à ce qu’elles embrassent l’islam. Coran 47, 4 : “Quand vous rencontrez des infidèles, frappez-les à la nuque jusqu’à en faire un grand carnage. Coran 47, 37 : N’appelez point les infidèles à la paix quand vous leur êtes supérieurs, et qu’Allah est avec vous.” VIII.12 : Je vais jeter l’effroi dans le cœur des incrédules : frappez sur leur cou (“égorger” ou “décapiter”) ; frappez-les tous aux jointures des doigts “Le messager d’Allah a dit : Celui qui quitte la religion de l’islam, tuez-le. (récit d’Ikrima, Bukhari LXXXIV 57) . Coran 60, 4 « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah seul Coran 33,61 : Ce sont des maudits, où qu’on les trouve, ils seront pris et tués de tuerie Coran 4.93 – Quiconque tue intentionnellement un croyant (musulman), Sa rétribution sera l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. –> conséquence logique : il n’est donc pas interdit de tuer un non-croyant. Le Dieu de la Bible dit simplement : “Tu ne tueras point.” Le dieu inventé par Mahomet dit : “Tu ne tueras point les croyants, mais pour les autres, il n’y a pas de problème, tu peux les tuer”. Hadith de Sahih Boukhari 9, 50 : Muhammad a dit : “Aucun musulman ne devrait être mis à mort pour le meurtre d’un infidèle.” Coran 9.33 – C’est Lui qui a envoyé Son messager avec la bonne direction et la religion de la vérité, afin qu’elle triomphe sur toute autre religion, quelque répulsion qu’en aient les Associateurs (Juifs et Chrétiens). Coran 9.14 – Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines du peuple croyant. Coran 9.111 – Certes, Allah a acheté des croyants leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : Et c’est là le très grand succès. Souvent, certains musulmans disent que les attentats terroristes à la ceinture d’explosifs montrent que les terroristes ne sont pas de vrais musulmans, puisque en se faisant sauter, les djihadistes commettent un suicide qui est interdit théoriquement par l’islam. Or, dans ce verset, le Coran donne une permission aux attentats-suicides si c’est pour faire le djihad. L’ISLAM, UNE PANDÉMIE MONDIALE POSTED ON 08.5. L’ Apocalypse? C’est………. NOW IL faut barrer la route à l’islam envers et contre tout! Notre survie est à ce prix! Philippe Boehler
  14. aaxoo

    A propos de la laïcité

    En revoici une couche mais toujours pas chez nous......... Ces musulmanes qui osent retirer le voile De plus en plus de femmes voilées célèbres apparaissent tête nue Par Nesrine Briki - 4 février 2019 Hala Shiha, en 2005. Photo: AMRO MARAGHI / AFP Par opposition au #HijabDay, un mouvement se répand à travers les pays musulmans: des femmes voilées célèbres apparaissent publiquement sans leur tissu islamique et provoquent l’ire des islamistes qui croyaient voir en elles des « soeurs »… En réaction à la campagne #Hijabday, lancée le premier février, et destinée à faire la promotion du voile, certaines féministes, parmi elles l’écrivaine Jamila Benhabib, lancent le #NoHijabDay. Il s’agit avant tout de dénoncer le danger de la normalisation du port du foulard islamique : « Si ce voile n’était qu’un vêtement comme un autre, il ne serait pas imposé avec autant de vigueur et de rigueur aux Iraniennes et aux Saoudiennes, pour ne citer que ces deux exemples. », déclare l’initiatrice du mouvement. il est intéressant de constater que, pendant ce temps-là, dans certains pays musulmans, notamment l’Egypte, l’aura sacrée qui entoure la question du voile commence à s’écailler, de plus en plus de femmes, célèbres ou anonymes, font le choix de sortir têtes nues, malgré les regards réprobateurs, voire parfois les menaces de mort. L’actrice Hala Shiha, en 2005. Rien ne prédisposait Hala à endosser un tel « costume » ; issue de la grande bourgeoisie d’Alexandrie, elle est la fille d’Ahmed Shiha, un artiste plasticien égyptien connu, et d’une Libanaise. Ses parents sont loin d’être conservateurs ; ses trois sœurs et elles reçurent une éducation assez libre, les valeurs qui leur étaient inculquées étaient plus universelles qu’islamiques. Elle se marie une année plus tard avec Youcef Harisson, un converti d’origine italo-canadienne installé en Egypte, surtout connu pour être un prédicateur salafiste très actif, et annonce son retrait définitif du cinéma. Seulement à la fin de l’été, l’actrice publie une photo d’elle les cheveux libres, avec pour toute légende : « Je suis de retour. » La nouvelle se répand très vite, Hala explique sur les réseaux sociaux que cette décision découlait d’un choix personnel, qu’elle n’attaquait pas l’Islam, mais admettait avoir compris que le voile n’était pas aussi spirituel qu’elle le pensait, que le comportement était bien plus important que l’habit. Celles qui étaient naguère ses « sœurs » l’attaquent férocement. La première salve est lancée par Khadija Al-Shater, qui n’est autre que la fille de Khairat Al-Shater, celui qui fut numéro 2 des Frères musulmans durant de nombreuses années, avant d’être arrêté en 2013, puis condamné à perpétuité en 2015. Hala nie publiquement entretenir une quelconque amitié avec la fille de l’ex-membre des Frères musulmans, elle admet néanmoins que leurs enfants étaient scolarisés dans la même école. À l’instar de Hala, de plus en plus de musulmanes font la démarche d’enlever leur voile. Le phénomène commence à timidement émerger à partir de 2013, surtout en Egypte, où entre 2017 et 2018, plus d’une quinzaine de personnalités publiques, actrices, journalistes, chanteuses ont fini par se montrer les cheveux découverts. En mai 2015, une campagne initiée par Chérif Choubachy, journaliste et intellectuel égyptien, invitait les femmes qui portaient le voile par contrainte à « retrouver leur dignité », en renonçant à « ce symbole de soumission », allant même jusqu’à le qualifier de « cheval de Troie de l’obscurantisme ». Il faut préciser que, depuis plus de trois décennies, le discours dominant autour de la question affirme que le voile est une obligation divine. Mais de plus en plus de voix d’intellectuels et de théologiens s’élèvent pour dénoncer cette « mystification » arguant que cette prescription n’est pas clairement consignée dans le Coran ou la Sunnah, ce qui expliquerait peut-être ce mouvement de prise de distance avec le voile entrepris par certaines femmes. Au Maroc, fin décembre 2018, des photos de vacances de la députée Amina Maelainine fuitent sur Internet. Connue pour être une figure emblématique du PJD, parti islamiste, on la voit prendre la pose en jean devant le Moulin rouge à Paris, cheveux au vent et bras nus. Un autre visage que celui qu’elle arbore au Maroc, où elle ne se montre jamais sans son voile. Beaucoup de Marocains ont dénoncé cette hypocrisie, qualifiant son voile « d’uniforme politique ». La députée n’a pas nié l’existence de ces photos, mais a appelé au respect de la vie privée. Lucia Canovi, youtubeuse Française convertie à l’Islam, mariée à un Algérien, installée en Algérie, se présente comme agrégée de Lettres modernes et se fait principalement connaître pour sa vidéo qui étaye la théorie de la terre plate. Elle s’est également montrée sans le hijab après l’avoir porté près d’une décennie. Dans une vidéo, elle explique que les musulmans ont, à tort, donné trop d’importance à un simple bout de tissu. Bien avant l’émergence de ce mouvement, en 2011, le roman Burkini de la Libanaise Maya Al-Haj, dont la traduction française est parue aux Éditions Erick Bonnier, augurait déjà du phénomène. L’héroïne du livre, une artiste-peintre voilée, travaille paradoxalement à esquisser des corps nus, et porte cependant le voile sans contrainte, et sans conviction religieuse. Après bien des tergiversations et questionnements liés au corps et à la féminité, l’héroïne décide finalement de l’ôter. Pour Maya Al-Haj, son roman parle d’abord de libre choix, elle explique que de la même manière que son personnage avait décidé de porter le voile de sa propre initiative, le cheminement qui l’a mené à se dévoiler était tout aussi légitime. Une équation qui reste à résoudre pour la majeure partie du monde musulman : la réalité ne fonctionne majoritairement, et pour l’instant, que dans un sens. A propos de : Nesrine Briki Installée en France depuis l'an 2000, j'ai effectué un troisième cycle d'études littéraires à l'Université de Nice, je suis auteur, traductrice littéraire et journaliste.
  15. Avant
  16. REN

    La Garde : La prévention routière par les jeunes pour les jeunes

    c'est plus fréquent le mobile et le « sms » au volant en ville et autoroute
  17. Plutôt type fourgonnette de livraison, avec un vrai camion que le image est encore plus différemment
  18. Kris ... c'est a Lyon et c'est le deux parties extrem du spectrum politique
  19. REN

    Le fisc pense à vous !

    Article étrange, aussi le mot autisme dans cette contexte, qui ne devrait plus être utilisé comme ça. Au plus tard, après la dernière discussion d'un jeune volontaire qui a interpellé P. E. Macron sur le thème.
  20. VAR AZUR // Ajoutée le 31 janv. 2019 TED pose ses valises à La Seyne-sur-Mer. Le format de conférences, célèbre à l'international, aura sa déclinaison ce samedi au Casino Joa. Site Web : https://varazur-tv.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/varazurtv/ Twitter : https://twitter.com/VarAzur_ Canal 30 de la TNT / 376/30 sur Livebox Orange / 361/30 sur la Bbox Bouygues
  21. VAR AZUR // Ajoutée le 1 févr. 2019 Cette année le festival de mode, de photographie et d’accessoire de mode d’Hyènes célébrera sa 34ème édition. Les membres du jury ont sélectionné les 30 finalistes parmi plus de 300 candidatures. Site Web : https://varazur-tv.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/varazurtv/ Twitter : https://twitter.com/VarAzur_ Canal 30 de la TNT / 376/30 sur Livebox Orange / 361/30 sur la Bbox Bouygues
  22. VAR AZUR // Ajoutée le 1 févr. 2019 Appel national à la grève ce vendredi dans tous les Castorama de France. Malgrè une prime de 300€ accordée par la direction les salariés réclament de meilleures conditions de travail. Site Web : https://varazur-tv.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/varazurtv/ Twitter : https://twitter.com/VarAzur_ Canal 30 de la TNT / 376/30 sur Livebox Orange / 361/30 sur la Bbox Bouygues
  23. VAR AZUR // Ajoutée le 1 févr. 2019 Les centres des impôts du Var seront fermés l'après-midi à partir du 1er mars (à exception des centres de Toulon, à partir du 1er juin). Les agents étaient mobilisés ce vendredi contre cette mesure, alors que les usagers se déplacent de plus en plus nombreux depuis l'entrée en vigueur du prélèvement à la source. Site Web : https://varazur-tv.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/varazurtv/ Twitter : https://twitter.com/VarAzur_ Canal 30 de la TNT / 376/30 sur Livebox Orange / 361/30 sur la Bbox Bouygues
  24. VAR AZUR // Ajoutée le 4 févr. 2019 Découverte de l’application "To good to go". Utilisée par une trentaine de commerçant dans l’aire toulonnaise elle permet de réduire le gaspillage alimentaire. Site Web : https://varazur-tv.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/varazurtv/ Twitter : https://twitter.com/VarAzur_ Canal 30 de la TNT / 376/30 sur Livebox Orange / 361/30 sur la Bbox Bouygues
  1. Charger plus d’activité
  • STATISTIQUES GÉNÉRALES

    203
    Total des sujets
    1 928
    Total des messages
    95
    Total des membres
    1 447
    Maximum en ligne
    jdero2000
    Membre le plus récent
    jdero2000
    Inscription 06/02/2019 14:38